Paris, mon manège à moi

« Je t’aime, moi non plus ».

Ça résume assez bien ma relation avec Paris.

Petit provincial, j’y ai posé mes valises à 21 ans, pour suivre un mec. Paris, c’était un rêve.

Pendant mes 4 premières années en couple, j’ai profité de Paris en allant au théâtre, au musée, au restaurant. Et beaucoup de voyages. Une vie posée, intellectuelle, souvent mondaine.

vintage-classy-drunk-gif-4906306

 

A 25 ans, jeune diplômé, célibatant et sans un sous (un loyer à payer seul, ça fait mal), je détestais Paris et ne pensais qu’à partir. Pendant 1 an, je n’ai plus voyagé. Je travaillais beaucoup et je sortais tous les soirs, pour oublier la médiocrité de mon existence et pour éviter de rester seul chez moi : soirées chez des amis, rencards et des week-ends en province.

Depuis un an, ma situation professionnelle s’est améliorée, et ma situation perso également. Ayant des amis et un mec très clubbeurs, je profite de la vie nocturne parisienne (restos, bars et clubs). Je découvre un nouveau Paris. Et je recommence à voyager.

party-pokemon-gif-5420419

Aujourd’hui, j’aimerais bien quitter Paris car la vie est stressante et fatiguante.

Se pose la question de savoir ou je veux aller.

La banlieue ? Sûrement pas. C’est bien pour ceux qui ont / veulent des enfants et qui veulent rester à Paris (par choix ou par obligation professionnelle).

La province ? Pourquoi pas. Mais ça dépend ou. Je ne retournerai jamais dans ma région natale. J’aime ma famille, mais quand ils sont loin. Et les mentalités et le climat ne me correspondent pas. Et pourtant, je garde le rêve secret de pouvoir, un jour, reprendre la maison de mes grands-parents que j’aime tant. C’est là ou ils se sont installés il y a 53 ans pour y passer leur vie. C’est mon coin de paradis. Je ne sais pas si c’est un rêve réalisable.

Si je devais aller en province, j’aimerais aller dans le sud. Pour le soleil. Et parce que j’ai pas mal d’amis qui y vivent.

L’étranger ? Oui, assurément. J’ai soif de découvertes de nouvelles cultures, de nouvelles façons de vivre. D’apprendre de nouvelles langues aussi. Aujourd’hui, si je devais choisir un pays, ce serait l’Espagne. Je m’y sens bien. Mais je reste ouvert à tout : récemment, j’ai postulé pour un job à Bucarest ! J’avoue que sur le coup, ça ne m’a pas fait rêver, mais je suis dans une démarche de découverte et d’ouverture. Alors, pourquoi pas la Roumanie ! Finalement, mon profil n’a pas été sélectionné.

 

D’un autre coté, je ne sais pas si j’ai vraiment envie de quitter Paris. Quand je pars trop longtemps, je suis content de revenir chez moi. Quand je pense à partir, j’ai peur de m’ennuyer ailleurs, loin des miens, de mon quotidien que je commence à apprivoiser et à aimer.

 

Pour l’instant, je me sens jeune et libre. Je n’ai pour seule propriété qu’une valise de vêtements. Si demain on me demande de lâcher mon job et mon appart pour aller bosser à l’autre bout du monde, je prends ma valoche et je me casse. Ce ne serait pas prendre un gros risque. Si ça ne me plait pas, je n’aurai qu’à revenir à Paris.

Je me donne jusqu’en 2018 pour partir. Après ça, je me résignerai à rester ici et à devenir un grand garçon responsable en devenant propriétaire de mon 30m² dans le 19e.

 

Et vous ? Paris ? On l’aime ou on le quitte ?

 

 

Un commentaire sur « Paris, mon manège à moi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s